Ressources & Liens

Musée Dentaire de Lyon (A.S.P.A.D.)

Créé dans les années 70 par les membres de l’Association de sauvegarde du patrimoine de l’art dentaire (ASPAD), le Musée Dentaire de Lyon présente l’évolution des techniques de chirurgie dentaires à travers des collection d’instruments et d’équipements du praticien et du prothésiste reflétant l’évolution d’un siècle de dentisterie(1860 à 1960). Il comporte près de 3 000 objets exposés et l’équivalent en fonds de réserve.
Cette collection privée, hébergée par l’école dentaire de Lyon, constitue l’une des plus riches de la spécialité au niveau international. Elle comprend entre autres : fauteuils, équipements, instruments d’extraction, appareil de fraisage, crachoirs, maquettes, tableaux, photographies, prothèses, appareils de radiologie dentaire, atelier de fabrication de prothèse, livres anciens, posters, affiches, cartes postales.
La scénographie du Musée reconstitue l’atmosphère des cabinets de dentistes d’autrefois et des premiers ateliers de prothèses. Le musée dentaire est l’un des partenaires du projet de création à Rilleux-la-Pape d’un musée des sciences médicales de classe internationale.

Droguier Gilibert de la Société Nationale de Médecine et des Sciences Médicales de Lyon

L’histoire de la collection d’échantillons du droguier de la Société de Médecine de Lyon remonte à la fin du XVIIIème siècle lorsque Jean Emmanuel Gilibert accéda à la fonction de secrétaire perpétuel de cette savante compagnie. Peu de pièces de cette époque ont subsisté mais le nom du créateur du jardin botanique de Lyon a été conservé. Le droguier rassemble aujourd’hui plusieurs centaines de spécimens : plantes médicinales conservées en bocaux, extraits animaux et humains , échantillons minéralogiques provenant du monde entier et entrant dans la composition des pharmacopées du passé. De nombreux ouvrages et codex complètent cette collection (feuillets et cahiers de l’Hortus Sanitatis de Johannes Kaub (Strasbourg 1497), de historia stirpium de Leonhart fuchs (Bâle 1543), les œuvres en éditions originales de Dodoens, Matthiole, Lemery, Baumé, Gilibert etc .). Une collection d’instruments s’ajoute à cet ensemble ainsi qu’une collection de graines et une carpothèque. La collection continue à s’enrichir en raison du regain d’intérêt pour la phytothérapie et l’ethnobotanique.

Pièces rares et remarquables :

Cônes géants de pins (pinus Coulteri et Lambertiana)
Cocofesse de l’île Praslin
Collection de cocons sauvages d’Inde et de Chine, masques mortuaires originaux de Jacquard
Balances de précision, trébuchets, matériel de laboratoire
Glandes a musc de Castor (castoreum)
Momie d’Égypte (mummia)
Os de cœur de cerf …

A l’occasion de la création du musée des sciences médicales des liens pourraient être noués avec la Société Linnéenne de Lyon, les collections de botanique du Parc de la Tête d’or et des collections de Pharmacognosie de l’ISPB de Lyon :

Situé sur le domaine Rockefeller, le droguier de la faculté de pharmacie de Lyon (ISPB) compte environ mille spécimens essentiellement d’origine végétale, provenant des différents continents. Sa collection a un double objectif : Conserver les espèces médicinales mises en oeuvre dans les pharmacopées traditionnelles et utilisées dans la vie courante, et conserver les échantillons de plantes ayant fait l’objet d’analyses au sein du laboratoire.

Société française d’Histoire de la Médecine

Cette société savante, créée en 1902, a pour but de faire connaître et d’étudier l’histoire de la médecine.

Muséum d’Anesthésie et des Techniques Médico-Chirurgicales de Besançon

Placé dans un environnement prestigieux, l’Hôtel-dieu de Besançon, dédié à Saint Jacques, le musée est inséré dans un ancien bloc opératoire, lui-même patrimoine médical et architectural. Ce bloc fut proposé par l’ingénieur André Walter, originaire de Montbéliard et constitue une réponse moderne, pour l’époque, aux impératifs de l’asepsie. Dans ce site sont conservés plus de quatre cents appareils, dispositifs et instruments témoignant des étapes successives qui marquèrent l’évolution des connaissances médicales depuis le début du XIX° siècle. Si l’anesthésie demeure l’élément dominant, la physiologie, la pharmacologie, la chirurgie, la pneumologie, la radiologie y sont fortement évoquées.

Sciences pour Tous

Sciences pour Tous est un magazine en ligne édité par l’Université Claude Bernard Lyon 1. Il offre des articles accessibles à tous sur les chercheurs de Lyon 1 et les travaux qu’ils mènent, sur l’actualité de la recherche à l’université et ailleurs, sur l’histoire des sciences et la culture scientifique.

Hôtel-Dieu de Belleville

Ouvert en 1733 pour accueillir 14 pauvres, puis progressivement agrandi au XIXe siècle, l’Hôtel-Dieu de Belleville a fonctionné jusqu’en 1991. Son parfait état de conservation en fait
un fidèle témoin de la vie hospitalière.Vous découvrirez l’apothicairerie et sa riche collection de pots en faïence, porcelaine et verre, la salle du conseil et ses précieuses archives, les chapelles et
leurs expositions d’art sacré, les trois salles de malades encore meublées de leurs lits à ruelle et d’objets chirurgicaux et usuels. L’authenticité de ce lieu vous fera revivre le passé : des poêles à l’armoire à linge, la vie semble toujours là….. tout simplement magique !

Musée Claude Bernard de Saint-Julien en Beaujolais

Le musée propose une vision complète de la vie et de l’œuvre du célèbre chercheur, fils de vigneron. Par la visite de sa demeure natale (sur réservation), on perçoit, grâce à la reconstitution de l’intérieur de la maison du scientifique et aux très nombreux objets personnels d’époque, des tranches de la vie privée de l’homme, amoureux de la vigne et de son terroir. Dans le bâtiment du musée, au fil des pièces introduites par des maximes ou citations de Claude Bernard, le visiteur découvre les multiples facettes de sa vie : médecin, philosophe, académicien, sénateur, vigneron, auteur de pièce de théâtre, ami de Flaubert… Le second étage est consacré davantage à son imposante œuvre scientifique, notamment ses travaux sur la fonction glycogénique du foie, sur la fermentation alcoolique et sa démarche fondatrice pour une médecine expérimentale.