Parasitologie & maladies tropicales

Les parasites

Le parasite est, étymologiquement, « celui qui vit avec » : il peut s’agir d’un champignon, d’un ver,… La Bible donne déjà, d’après certains, la description de la bilharziose, par exemple. Vers 400 avant J.- C., Hippocrate décrit le paludisme et les kystes hydatiques.

Les vers sont divisés en vers plats ou plathelminthes (essentiellement les « vers solitaires » : ténias, botriocéphales et autres) et vers ronds(némathelminthes) : oxyure, anguillule, etc.

petite-vue parasito

Un exemple bien connu

Nous donnerons un seul exemple pour illustrer cette section du musée, mais nous n’irons pas le chercher sous les tropiques…

Enterobius vermicularis, mieux connu sous le nom d’oxyure ou même de « vers des fesses », est un petit vers blanc de moins d’un centimètre de long, vivant dans l’intestin, et très fréquent chez les enfants.

Les femelles, une fois fécondées, migrent le soir vers l’anus où elles pondent, ce qui entraîne un prurit (démangeaisons anales). Si l’enfant ne se lave pas les mains, il contaminera le lendemain ses petits camarades.

Ascaris lombricoïde
Ascaris lombricoïde

Vitrine des moyens de lutte contre les parasites

Les moyens de lutte contre ces parasites vont de la quinquina, rapportée des Amériques au XVIIe siècle, aux « potions magiques » que l’on trouve encore aujourd’hui, et même en France.

La première vitrine contient des produits insecticides à l’efficacité douteuse (camphre, lavande, aloès, poivre, etc.). La seconde expose des médicaments anti-parasitaires plus généraux, comme la quinine contre le paludisme.

Ascaris lombricoïde parasitant un foie humain
Ascaris lombricoïde parasitant
un foie humain