Quais du polar à l’Université Claude Bernard Lyon 1

L’Université Claude Bernard Lyon 1 abrite l’un des premiers patrimoines mondiaux dédié aux sciences médicales et pharmaceutiques. Le musée d’anatomie et exceptionnellement le droguier de la Faculté de Pharmacie seront ouverts et offriront au public, sous la conduite des équipes de conservation, des animations variées à l’occasion de cette édition 2014 de Quais du polar.

Un après-midi, trois animations

1. Visite du Droguier de la Faculté de Pharmacie

« Magie, Meurtre et Pharmacie »

la-voisin-_1393245933483Médecines traditionnelles chinoises, médecines ayurvédiques, pharmacopées mondiales diverses… L’Homme a toujours su puiser dans la nature de quoi se nourrir et se soigner.

Le droguier de la Faculté de Pharmacie de Lyon (ISPB) compte plusieurs centaines de spécimens utilisés dans les pharmacopées traditionnelles et provenant du monde entier. Le terme de « drogues » recouvre toutes matières naturelles ou produits séchés tels que les racines, feuilles, tiges et écorces de plantes, les matières minérales, mais aussi les organes ou substances animales utilisés dans la vie courante ou comme remèdes traditionnels en raison de leurs propriétés médicinales.

A l’heure où l’on recherche toujours plus de naturel (alimentation et cosmétiques bio, salades de plantes sauvages, phytothérapie…) naît un regain d’intérêt pour ces remèdes issus de la nature. Mais, peut-on être sûr que tout ce qui est naturel est bon ?

Condamnation de Socrate, sabbat des sorcières, parapluies bulgares, haricot de l’Ordalie, poisons enduisant les flèches… Venez au droguier découvrir le côté « obscur » de la nature, illustré par le récit de faits historiques, criminels, réels ou romancés qui seront évoqués, lors de la visite, par les responsables de cette collection fascinante, héritière d’une part importante de la mémoire de l’école lyonnaise de botanique.

Vendredi 4 avril 2014 de 14h00 à 18h00
Faculté de médecine et de Pharmacie, 19, rue Nungesser et coli, 69 008 Lyon
La visite du droguier est gratuite mais l’inscription est obligatoire (limite de 20 personnes par créneau horaire).

2. Conférence : L’Affaire des poisons

the-laboratory_1393247765712Conférence de Philippe Jaussaud, professeur en Histoire des sciences à l’Université Claude Bernard Lyon 1, organisée en partenariat avec l’Université de Lyon.

L’affaire des poisons débute le 25 mars 1676, avec l’arrestation, dans un couvent de Liège, de la marquise de Brinvilliers. Celle-ci est recherchée depuis la mort de son amant, un jeune officier du nom de Godin de Sainte-Croix, qui a laissé une cassette riche en documents. Ceux-ci révèlent que le couple, pour de basses questions d’intérêt, s’est livré à une série d’empoisonnements sur le père, les deux frères et la sœur de la marquise, au moyen d’un poison à base d’arsenic enrichi de décoctions diverses et qui prendra bientôt le nom de « poudre de succession »…

Survenue sous le règne de Louis XIV, « l’Affaire des poisons » constitue l’un des grands scandales qui ébranlèrent la monarchie française. Un nombre considérable d’ouvrages – dont certains très récents – évoque cette histoire, qui peut se lire comme un « thriller » ou un « polar » : après le crime, l’enquête, puis l’identification des coupables et leur châtiment…

Vendredi 4 avril 2014 de 18h00 à 20h00
Amphithéâtre de Physique, Faculté de Médecine et de Pharmacie, 8 avenue Rockefeller, 69 008 Lyon
La conférence est gratuite mais l’inscription est obligatoire

3. Visite du Musée Testut Latarjet d’anatomie et d’histoire naturelle médicale

Crime et progrès scientifique à la belle époque

Visite du Musée Testut Latarjet d’anatomie et d’histoire naturelle médicale.
Société Nationale de Médecine et des sciences médicales de Lyon.

Une jeune femme de mauvaise vie à l’envoûtant parfum de tubéreuse et d’héliotrope étranglant son amant avec une corde à rideaux, un vieux beau charmeur découpant ses conquêtes en petits morceaux, ou encore un ogre barbu avide de jeunes servantes qui achevaient leurs parcours entre les rangs de poireaux et de carottes du potager familial, sont autant de faits divers qui firent les délices de la presse populaire lyonnaise de la belle époque. Nous reviendrons sur ces affaire criminelles et sur la vie et l’œuvre d’Alexandre Lacassagne qui créa à Lyon le premier institut moderne de Médecine Légale et sur la vie et l’oeuvre d’ Edmond Locard fondateur du premier laboratoire de police scientifique de l’histoire.

Cette période est aussi marquée par les progrès considérables accomplis dans le domaine des techniques scientifiques appliquées à la médecine légale (anthropométrie, toxicologie, empreintes digitales, entomologie). Le riche patrimoine scientifique que possède le musée servira à illustrer ces différents thèmes.

Nous n’oublierons pas que la science s’est parfois égarée, avec, entre autres, la théorie du criminel né de Lombroso, inspirée par la théorie des bosses du crâne de Gall et de la physiognomonie de Lavater.

Le riche patrimoine scientifique que possède le musée servira à illustrer ces différents thèmes. Lectures de documents, pièces médico-judiciaires, mini conférences rythmeront ces deux journées.

Participation: 1€
Pas de réservation

Vendredi 4 avril 2014

  • De 14h00 – 18h00 : Découverte du musée et de la collection de Médecine Légale sous la conduite de l’équipe du musée.
  • De 18h à 22h : Nuit noire (première partie) : Soirée animée de mini-conférences sur le thème de l’anthropologie criminelle et de l’histoire de la médecine légale.
  • De 22h à 23h30 : Nuit Noire (seconde partie) : Au cœur de la nuit, découverte des collections du musée à la lueur des lampes de poches (nombre limité à 150 personnes)

Samedi 5 avril 2014

  • 14h00 – 20h00 : Visites, animations autour de la criminologie, des poisons, mini-conférences, démonstrations…